Bébé

Naissance d’un tout petit bébé

Ce n’est pas que je n’avais pas envie d’écrire depuis ces longs mois – quoique si, un peu quand même. Il s’est passé beaucoup de choses dans ma vie, dans notre vie… et j’avais besoin de souffler, de me recentrer.

Cette année sera sans doute une des plus belles années de ma vie, mais aussi une année avec beaucoup d’énergie à déployer pour que les choses fonctionnent finalement. Je crois que c’est un bon résumé. Je suis absente depuis si longtemps notamment parce que la famille s’est agrandie. Il y a six mois maintenant. Comme quoi, j’ai été très longue à revenir par ici ! Il s’est passé évidemment aussi plein d’autres choses que j’aborderai peut-être plus tard, mais aujourd’hui je suis là avant tout pour parler de cette naissance.

Tout n’a pas été si facile. Cette grossesse a été éprouvante. J’ai pensé perdre ce bébé si désiré. Qu’on soit très clair : à aucun moment, le corps médical m’a dit qu’on risquait de le perdre si on me surveillait bien, mais nous avons eu peur. Moi comme mon mari. La fin de grossesse a été surmédicalisée avec hospitalisation, et bla bla bla. Notre tout Petit Poussin a arrêté de grandir dans mon ventre du jour au lendemain – vers les 7 mois. De plus, j’ai « perdu » mon corps à ce moment-là. Hypertension, douleurs, vertiges, malaises… Je n’avais jamais connu cela dans ma vie : le fait de ne plus réussir à gérer ce corps et de ne plus lui faire confiance. Je voulais juste que ce bébé naisse au plus vite, car j’avais peur que mon corps le fasse « mourir ».

Au final, on s’en est bien sorti. Bébé Poussin est arrivé par déclenchement un peu moins d’un mois en avance. On a attendu sagement de dépasser le cap de la prématurité pour le faire venir. Et la bonne surprise, c’est que le poids était un peu mieux que l’estimation. Pas de couveuse (en dehors des quelques heures suivants sa naissance) car plus de deux kilos et un bon score d’Apgar (et c’est là que je remercie l’équipe médicale d’avoir joué la montre pour gagner ces précieux centaines de grammes évitant une séparation). Nous sommes restés en unité kangourou 5 jours, lui à côté de moi dans son petit berceau chauffant. Bref, nous avons eu au final la meilleure situation possible. Mais je n’oublierai jamais ce tout petit bébé flottant dans du taille naissance. Le plus petit du service né ce jour là.

Mon tout petit bébé a bien rattrapé son retard, et est revenu dans les courbes du carnet de santé à 4 mois, dans les moyennes conventionnelles à 5 mois. Est-ce que je peux nous féliciter un peu tous les deux ? Oui, parce que maintenant je pleure comme une madeleine. Nous avons réussi ensemble cet allaitement exclusif que je désirai tant. Mon bébé a eu du lait maternisé en seringue les premiers jours pour éviter de tomber en hypoglycémie (le protocole selon l’équipe médicale), mais je n’ai rien lâché. Clairement je me souviens avoir dit à l’infirmière de néonatologie que je refuserai toute sortie tant que mon bébé ne serait pas allaité exclusivement. Je me souviens aussi avoir tirer « en expression manuelle » mon colostrum à l’hôpital pour pouvoir te le donner à la seringue et à force d’encouragements, tu as enfin réussi à téter 48 heures après. Je crois que l’équipe médicale ne s’attendait pas à ce que notre binôme fonctionne aussi bien, car tu as vite avancé et pris du poids. Au plus profond de mon coeur, je savais que de toute manière je m’occuperais mieux de toi « une fois que tu serais à l’extérieur ». Bien que nous avons du te peser hebdomadairement jusqu’à tes deux mois pour « vérifier », que j’ai été clairement angoissée par ta prise de poids jusqu’à ce que tu dépasses enfin le cap fatidique des trois kilos, notre tandem a fonctionné, et je ne peux que te remercier d’être un aussi bon équipier (car j’allaite toujours aujourd’hui et j’espère bien continuer encore quelques mois !).

 

mercuryophotography_-48.jpg

Aujourd’hui tu as six mois, et après presque trois mois collés à moi en bébé koala, à ne pas sortir de la maison les premières semaines de vie pour éviter de retourner à l’hôpital si tu ne prenais pas assez de poids, à dormir avec toi en co-dodo pour te rassurer et te réchauffer (chose qui n’avait clairement pas été envisagée avant sa naissance et dont je reparlerai peut-être ici) , à entendre dire à presque deux mois par des inconnus « oh le tout petit bébé qui vient de sortir de la maternité », je voulais te dire à quel point je t’aime, mais aussi à quel point je m’en veux du manque de sérénité que j’ai ressenti à la fin de cette grossesse.  Mon corps m’a lâché. Mon moral aussi. Je remercie chaque jour le Ciel que tu sois là auprès de nous. Je te demande pardon de ne pas avoir réussi à te donner le maximum quand tu étais dans mon ventre. La culpabilité a été si forte que je n’ose imaginer le ressenti d’une maman d’un bébé prématuré. Aujourd’hui je suis si heureuse du chemin parcouru et de cette sérénité retrouvée te concernant. Bref, je t’aime Bébé Pinson et bienvenue dans notre jolie famille 🙂

Voilà. Nous sommes quatre maintenant, et il a fallu quelques mois pour que la sérénité revienne dans notre maison.

3 réflexions au sujet de « Naissance d’un tout petit bébé »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s