Vie de famille

Je ne crois pas que ce soit possible de ne donner qu’une seule éducation

Oui, c’est un titre long aujourd’hui, mais je n’ai pas trouvé quelque chose de plus parlant afin de résumer mon ressenti. A l’heure où l’on parle beaucoup de l’éducation bienveillante en l’opposant aux « violences éducatives ordinaires », oui, je me pose des questions. Soyons clair : je crois que c’est impossible de donner une seule éducation à son enfant et surtout d’être aussi « tranché » sur telle ou telle façon de faire.

A la base, je me sens très proche de l’éducation bienveillante, justement parce que j’ai été marquée par les « violences ordinaires » de mes parents dans ma propre éducation. Une maman qui me critiquait sans cesse et qui n’était pas forcément à l’écoute de mes émotions mais parallèlement une maman aussi très généreuse et qui m’a donné beaucoup d’amour. Aujourd’hui je pense pouvoir dire sans prétention que je suis une personne relativement seine, censée et épanouie. Il me parait donc dur de « catégoriser » les modèles d’éducation. Quoiqu’il en soit, j’imagine que l’éducation que l’on souhaite donner à son enfant est sans doute une réponse (en partie) à celle que l’on a connue. Par exemple, comme j’ai beaucoup souffert du fait de ne pas me sentir écouter dans mes besoins, je fais preuve de beaucoup d’empathie avec Petit Prince et j’essaye de me mettre à sa place, mais je connais mes limites de parent fatigué. C’est clair que si je suis très fatiguée, je vais sans doute être moins dans l’écoute. C’est inhérent à chaque personne. Nous ne pouvons pas « être stable », d’humeur identique 100% du temps. Ce qui me laisse penser que c’est juste impossible de dire que je pratique cette éducation bienveillante  dont je me sens si proche avec mon fils. Du moins, tout le temps. Je fais juste de mon mieux.

Malheureusement je tombe forcément parfois dans ces violences ordinaires. Certainement moins que ce que j’ai connu gamine (déjà mon fils ne connaitra JAMAIS la fessé par exemple), et ce d’autant plus que je n’aime pas les « violences » en général (cela va de soi !) ou du moins, toutes les situations véhiculant une certaine tension. J’ai une personnalité très douce, mais quand, je presse un peu mon enfant, que j’élève la voix ou perd patience sur des choses parfois anodines parce que je suis stressée ou fatiguée… Non, je ne suis plus vraiment une « maman bienveillante ». Je remarque tout autant les loupés sur mon mari qui a tendance à vilainement râler alors que parfois cela ne me parait pas justifié. Il oublie parfois que Petit Prince ne peut pas avoir la même maturité cérébrale qu’un adulte et que oui, c’est normal s’il met le bazar quant il joue ou qu’il ne mange pas encore bien proprement. L’éducation que l’on souhaite donner, est clairement fragilisée finalement par le contexte, notre moral et notre ressenti de parents !

IMG_4060

A mes yeux, c’est aussi évident que mon mari & moi apportons des éducations différentes. Oui, nous ne pensons pas et ne réagissons forcément pas de la même manière sur certains points. Est-ce un réel problème au fond tant que nous sommes d’accord sur les « grands principes » d’éducation que nous voulons donner ? Il est clair en tout cas que j’ai une éducation plus tourner vers l’empathie, l’écoute des émotions, la responsabilisation, la confiance, alors que mon mari va être plus dans une éducation basée sur des règles (attention je ne dis pas que je n’en donne pas), une place dans la famille. Je considère plus mon fils comme un bout de moi & comme une petite personne en devenir, alors que mon mari a plus de mal à sortir d’un schéma un peu plus classique. Cela ne l’empêche pas d’être un père très affectueux et à l’écoute, mais il a plus de mal que moi à avoir confiance en son fils & ses capacités, et surtout arrive moins facilement à « se mettre à sa place ». Je trouve que les points de friction sont plus nombreux entre eux et qu’il a parfois plus de mal que moi à gérer certaines émotions (coucou terrible two !). Bref, nous n’avons pas forcément les mêmes rapports avec Petit Prince & surtout la même façon de réagir. Cela me parait donc difficile de parler en permanence d’une seule et même voix en tant que parents ou du moins d’élever de la même manière (mais peut-être que cela fonctionne dans certaines familles ?). Quand je suis en désaccord avec mon mari par exemple, je lui en parle quand le petit est couché, et on revoit ensuite comment ajuster & communiquer devant notre enfant.

Enfin, une éducation ne se fige pas avec le temps. Je pense qu’une éducation doit évoluer en fonction du caractère de l’enfant, d’étapes clés, de sa manière de grandir… Ma mère m’expliquait que mon frère et moi n’avions pas eu la même éducation d’une part parce que j’étais l’ainée et qu’elle « testait », et surtout parce mon frère et moi avions des caractères  différents. Un parent n’arrive pas toujours à comprendre exactement son enfant et essaye peut-être juste de trouver les réponses comme elles viennent, en testant. Mais avec le temps sa manière d’éduquer gagne sans doute en maturité ?

Finalement j’en arrive à la conclusion que l’éducation – les éducations que nous donnons à Petit Prince doivent juste être flexibles aux caractères, à nos évolutions mutuelles, aux éléments de la vie. Cela nécessite au fond beaucoup d’écoute et de recul, de se remette en cause parfois. Je me dis que si nous nous y tenons, cela ne pourra nous être que d’une grande aide dans nos rapports avec notre fils & pour lui aussi.  Est-ce que la manière « exacte » de faire est si importante au final, du moment que dans cette éducation, nous savons trouver des réponses et sécuriser notre enfant ? Est-ce qu’un enfant ne se construit pas aussi sur les éventuels « loupés » de sa propre éducation ? Car c’est certain, nous ne serons pas des parents parfaits et nous nous tromperons aussi (et nous nous sommes déjà sans doute trompés). Quoiqu’il en soit, nous voulons juste que notre enfant se sente aimé, grandisse par lui même et pour lui même et surtout nous espérons réussir à lui donner la sécurité et le cadre nécessaire afin qu’il puisse acquérir toutes les clés que lui permettront de construire et d’affronter sa vie. Bref, c’est ce que nous essayons de faire avec nos manières d’éduquer notre enfant avec les loupés mais aussi les réussites que cela comporte. Au regard de sa joie de vivre et de la façon dont on gère son « terrible two », je me dis qu’on s’en sort quand même pas trop mal pour le moment 🙂 A suivre pour les 16 années qui arrivent…

 

 

 

 

 

4 réflexions au sujet de « Je ne crois pas que ce soit possible de ne donner qu’une seule éducation »

  1. Je partage et j’aime assez ton point de vue, car c’est aussi ma manière de voir les choses.
    Concernant les violences éducatives ordinaire, je pense qu’il y a une différence à faire entre les personnes qui les utilisent à visée éducative et ceux qui y ont recours, car ils sont à bout / ne trouve pas d’autre manière de faire sur le moment, mais qui vont y réfléchir et essayer de trouver d’autres manières à l’avenir. Pour moi, la différence est quand même grande. L’objectif étant de bannir les VEO, mais ça ne peut pas se faire d’un coup de baguette magique non plus !
    Pour moi, l’important, c’est d’en avoir conscience et d’essayer de s’améliorer 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. C’est sûr que nous sommes déjà deux pour éduquer un/des enfants, avec chacun notre histoire et nos convictions … le problème, c’est qu’il y a un gap entre la théorie et la pratique … mais finalement, accepter nos faiblesses, c’est aussi une chance pour nos enfants ! Tu imagines la pression d’avoir des parents « parfaits de bienveillance » 😨

    Aimé par 1 personne

  3. Merci pour cet article déculpabilisant et qui relate bien les difficultés que l’on rencontre en tant que parents. Je suis exactement dans la même réflexion en ce moment, à savoir que mon mari et moi même n’avons pas forcément la même éducation avec nos enfants et qu’il n’est pas toujours aisée de s’accorder. D’ailleurs, je nous retrouve dans ta description. Je suis d’une nature calme, empathique, je n’ai pas trop de mal à être bienveillante 90 % du temps, il m’arrive aussi de perdre mes moyens en cas de gros stress, fatigue… Je vais alors « me fâcher » et il se peut que je mette mon fils dans sa chambre 2 min, le temps que je respire, me calme, et qu’on parle tous les 2. Je pose toujours des mots sur nos émotions, nous ne sommes pas parfaits et c’est ce qui fait aussi de nous des humains.
    Mon mari est aussi plus à cheval sur les règles, sur l’autorité. Je trouve les règles très importantes et elles sont nécessaires mais je ne suis pas toujours d’accord sur le ton employé et je ne veux surtout pas qu’il y ait un rapport de force, je vois le rôle de parents plus comme un accompagnateur. Il peut trouver que je manque de fermeté alors que je pense que nous n’avons pas la même patience et n’utilisons pas la même méthode même si sur le fond on est d’accord. On est sur la même longueur d’ondes sur nos principes éducatifs, mais lorsqu’on en parle, il lui arrive de me dire  » oui, c’est ce qu’il faut faire, la théorie c’est super mais tu sais dans la pratique, avec la fatigue, le stress ce n’est pas toujours possible… » Tandis que je pense que c’est possible, mais pour cela il faut que l’on veille à prendre soin de nous et à ce que nos besoins principaux soient remplis pour pouvoir pratiquer une éducation positive et empathique avec nos enfants.
    Contrairement, à toi, j’ai dû mal à ne pas intervenir lorsque je ne suis pas d’accord avec sa réaction et ça peut être source de conflit. L’éducation de nos enfants est un sujet qui me tient tellement à cœur, j’ai peut-être du mal à être moins exigeante. Je crois, que c’est un réajustement permanent, on s’adapte et on apprend chaque jour. Nos enfants sont uniques et sont nos meilleurs guides, ce qui conviendra à l’un ne conviendra pas forcément à l’autre.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s