Humeur

De la difficulté d’être une femme

En ce moment, je me pose beaucoup de questions. Je ne suis pas spécialement une féministe dans l’âme, mais ces derniers temps, je me surprends à me répéter un peu trop souvent « Si j’avais été un homme, les choses auraient été plus simples » et comme je le dis si bien à mon mari « j’espère que Petit Prince aura un jour un petit frère ». Mais que s’est-il passé pour que dans ma tête je sois devenue aussi négative ? Allons chercher dans les réactions autour de moi. Je suis une jeune femme, je veux avoir une vie de famille épanouie ainsi qu’un travail avec des responsabilités. C’est trop demandé ?

Comment les choses ont commencé ? A mon retour de congés maternité. Maintenant quoiqu’on puisse dire, j’ai d’une part cette étiquette « maman » au travail; et dans mon entourage familial, je suis la maman qui « abandonne son enfant et le laisse être élevé par des étrangers ». C’est dur et ça me fait du mal de l’écrire mais c’est un constat. Mes collègues ou ma famille ne me le diront jamais ouvertement (sauf ma mère et mon frère), mais il y a des choses qui me font bien dire que c’est dur d’être une femme – surtout depuis que je suis mère.

Aujourd’hui je dois me battre trois fois plus pour avoir un job aussi bien payé et intéressant à compétences égales avec un homme. Oui, c’est la réalité. Surtout en travaillant dans l’industrie lourde. Je me retrouve parfois à avoir des tâches ingrates que l’on pourrait donner à d’autres, mais comme l’a si bien résumé mon chef un jour : « ce qui est génial avec toi, c’est que tu es toujours aussi motivée quoique je te donne ». Je me retrouve aussi à voyager, travailler les weekends… pour assurer et prétendre au même niveau qu’un homme. Sauf que dans la réalité, ce n’est pas le cas. Les écarts de salaire sont réels. La crédibilité face à mes supérieures est aussi moins lourde qu’un homme qui saura se mettre en avant et « râler » quant il le faudra pour avoir tel poste ou tel avantage. J’entends souvent dire que nous, les femmes, nous sommes trop modestes au travail. Quand je vois mes collègues féminines, je pense que c’est vrai.  Le poids de la maternité nous ajoute ce sentiment de culpabilité typiquement féminin qui fait que nous nous sentons obligées de montrer que même avec des enfants, on peut assurer ! Nous sommes donc prêtes à accepter plus de choses.

notebook-2386034_960_720

Ce genre de difficultés, on s’y attend au travail. Dans l’entourage moins. En effet, c’est difficile d’assumer son travail au regard de sa famille, surtout quant on est demandeuse de responsabilités et d’avoir une carrière. Je suis une mauvaise mère pour ma propre mère, qui ne cesse de me répéter : « je n’aurai jamais pu laisser mes enfants comme toi », « ton fils doit souffrir de tes déplacements », « il est nerveux, ça se voit qu’il n’est pas élevé par toi ». Elle ne me l’a jamais dit ouvertement, mais on est d’accord, les phrases précédentes sont explicites. Et mon frère en rajoute une couche : « trouve toi un job cool, ça sert à rien de faire carrière ». WTF ???!!! On m’a élevé en élève studieuse, pour faire des études, et donc maintenant ça ne sert à rien, à part passer à côté de mon fils ?

Et mon épanouissement à moi ? Mon accomplissement, on en parle ? Quand je me souviens du manque de patience et de la fatigue de ma maman au foyer, qui passait un peu trop de temps à s’énerver contre moi, je me dis que de mon côté, j’apporte quelque chose de différent à mon fils. Certes il ne m’a pas en permanence pour le consoler et jouer avec lui, etc.., mais c’est un enfant joyeux, ouvert, ultra débrouillard et très affectueux; et surtout chaque moment passé avec lui l’est à 100% dans la patience et l’écoute. Mais, je le reconnais, mon coeur de mère aimerait avoir plus souvent son enfant avec lui, sauf que :

  • Nous avons besoin de nos deux salaires. Alors certes, on pourrait vivre sur un seul salaire, mais si c’est pour se serrer la ceinture et ne pas pouvoir offrir  la qualité de vie que je veux pour mon enfant, ce serait dommage.
  • J’adore mon boulot qui me permet de m’apporter autre chose, de m’épanouir et d’exploiter toutes mes années d’étude. Mon métier me fait grandir et m’améliorer chaque jour au même titre que mon rôle de mère, mais dans des domaines différents.
  • La famille n’est plus le noyau dur de la société, et cette institution est bien plus fragile aujourd’hui au regard du nombre de divorce qu’il y a 50 ans. On ne sait pas ce qu’il peut arriver et mieux vaut être entièrement indépendante aujourd’hui.

Or dans notre société d’aujourd’hui, il y a les grands discours sur l’égalité femme / homme et sur les évolutions positives des moeurs versus l’hypocrisie de l’entourage, des collègues… sur le rôle et la place de la femme dans la société. Le congé parental pour les pères, c’est bien mais chez les autres (sauf que super Monsieur Etoile l’a quand même fait ici). Une expatriation, c’est bien quand c’est la femme qui arrête de travailler, mais pas le mari. Une femme qui décide de faire carrière, c’est bien, mais ça finira forcément par un divorce, des enfants malheureux ou un mari volage. Heureusement que tout mon entourage ne réagit pas ainsi. Il y a de l’espoir !

Pâle tableau, non ? Déprimant. La réalité est que je me sens aujourd’hui limitée dans ma vie, car il y a encore une pression informelle sur ce qu’on attend de moi en tant que femme et mère. J’aimerai pouvoir faire des choix aussi facilement qu’un homme, mais je ne peux pas : je ne pars pas sur la même ligne de départ qu’un homme (je peux toujours rêver pour arriver sur la même ligne d’arrivée ?). Paradoxalement lorsque mon mari me propose d’arrêter de travailler temporairement pour élever notre fil, je ne l’accepte pas parce que je ne le vois pas être « homme au foyer » et que je pense qu’il ne va pas s’en sortir avec les tâches ménagères et dans l’éducation de notre enfant au quotidien (ou du moins qu’il ne les fera pas aussi bien que moi).  Comme quoi, je fais moi-même partie de toute cette hypocrisie… Promis, je reviens la prochaine fois avec un article plus joyeux 😉

6 réflexions au sujet de « De la difficulté d’être une femme »

  1. Et oui, nous sommes parfois pleins de contradictions 🙂 Les mentalités mettent un peu de temps à changer et c’est bien normal, mais si chacun se dit, je ne le fais pas parce que ça se fait pas, ça ne changera jamais. Parfois, il faut oser sauter sur l’occasion.
    Et puis concernant ton mari, je suis certaine qu’il s’en tirerait super bien sauf que ça serait fait à sa manière et non à la tienne. Ce qui demande un certain lâcher prise et aussi accepter que l’on ne peut pas être sur tout les fronts 🙂

    Aimé par 2 people

  2. Je t’assure que le premier qui me dit que je devrais rester à la maison sous peine de rendre mes enfants malheureux je lui fous une beigne! Et mon bonheur à moi? Mes rêves, mon indépendance, MA vie? Nan mais!! (et je précise que j’aime mes enfants et que je ne suis pas (trop) une mère indigne!)

    Aimé par 1 personne

  3. N’ayant jamais eu de grande ambition de carrière, le fonctionnement que l’on a trouvé avec le Breton me convient (même si c’est parce que j’ai aussi besoin de m’épanouir en dehors de mon rôle de mère que je me lance dans l’artisanat)
    Par contre, je vois bien que ma soeur lutte afin de pouvoir prétendre au même poste/compétences/responsabilités qu’un homme (et au droit de ne pas vouloir d’enfants tout de suite) y compris de la part de mes parents qui ont tant vanté ses réussites scolaires 🤔 …
    (Je lui ai dit de répondre aux rageux, qu’en tant que soeurs jumelles, on s’est réparti les tâches: à moi la maternité, à elle la carrière 😉)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s