My job !·Vie de famille

La pression du deuxième enfant…

Voilà, j’avais besoin d’en parler. Parce que Petit Prince a maintenant deux ans et que depuis que je suis revenue des vacances, jamais je n’avais eu autant d’allusions et la fameuse question : « c’est pour quand le deuxième ? »

Et je réponds inlassablement : « Pas pour tout de suite. On n’est pas trop pour avoir des enfants rapprochés. J’ai moi-même quatre ans d’écart avec mon frère et mon mari six ans avec le sien ». Cette pression ne vient pas de la sphère familiale forcément, puisqu’il y a quand même un peu d’écart dans nos fratries respectives. Elle vient plutôt de la sphère professionnelle principalement et des amis. Et, je le vis mal.

En premier lieu, je trouve cela indélicat, curieux… bien que je pense que pour beaucoup de ces personnes, c’est peut-être normal de demander. C’est la suite logique. Sauf que j’ai la sensation de ne pas être dans le moule en ne faisant pas tout de suite ce deuxième enfant. A croire qu’il y a une règle « informelle » dans la tête des gens sur l’écart d’âge entre enfants… Et l’impression est gênante. Je dois me justifier sur le fait qu’il n’y ait pas encore de deuxième enfant. Je culpabilise et je me dis que je ne suis peut-être pas normale d’attendre ? Et puis, si nous avions du mal pour l’avoir ce deuxième ? Quand ta collège te demande quel âge tu as… Bref, cela me fait cogiter sur des questions que je ne me serais peut-être pas posées initialement.

Et puis, je le vis encore plus mal parce que oui, je le veux ce deuxième enfant, et que si je pouvais, je lancerai peut-être les essais maintenant (même si au fond de moi, un peu de temps encore, ça me va aussi !). L’envie viscérale est belle et bien là, et elle me bouffe parfois intérieurement. Elle est aussi forte que pour Petit Prince, et je rêve de le voir devenir grand frère.

life-862967_960_720

Alors qu’est-ce qui m’en empêche ? Pour ceux qui me suivent régulièrement, je pense que vous savez que ma carrière est importante à mes yeux. Je suis épanouie dans ce que je fais et j’ai l’impression que je m’en sors bien. Bref, je suis en attente de LA promotion, qui devrait arriver d’ici quelques semaines ou mois. Et, c’est en partie cette raison qui m’empêche de vouloir sauter le pas pour un deuxième enfant maintenant; et ce, d’autant plus que cela suppose un potentiel départ à l’étranger (je peux bien le faire en expatriation ce bébé, non ?). Bref, je m’heurte dans toute sa splendeur à la limite d’être une femme qui fait carrière. Je me dis souvent que mon mari et moi aurions du échanger nos vies professionnelles. Tout aurait été plus simple. Je me demande aussi si je suis normale d’être autant tiraillée entre ma carrière et cette envie. Est-ce égoïste de vouloir attendre cette promotion ? Un enfant est quand même plus important que cela ? Ceci dit mon évolution professionnelle nous permettrait sans doute de quitter Paris, et d’ envisager une vie de famille plus sereine (car je le reconnais la vie parisienne ne nous convient plus). C’est bien pour cela que c’est compliqué dans ma tête. La qualité de vie, ça compte aussi !

Quant à mon mari, nous sommes deux à vouloir un enfant, et il sort tout juste de mois compliqués et change d’emploi. Sur le fond, il n’est pas contre. Loin de là. Mais très objectivement,  je pense qu’il faut récupérer de ces derniers mois avant de repartir dans les couches. Certes une grossesse dure neuf mois, mais lorsque nous en parlons ensemble il me le dit lui même : c’est bien d’attendre encore un peu puisque de toute manière, à la base, nous ne voulions pas spécialement d’enfants ultra-rapprochés. J’ai décidé donc de faire confiance en mon mari qui m’a dit ce soir : « on attend encore six mois, et si rien n’arrive pour toi, on y va ». Je l’aime tellement d’être aussi pragmatique parfois, car au fond, cette envie me tiraille aussi parce que j’ai peur de la suite et me pose certaines questions (quid de la différence d’âge ? qui de la durée des essais bébé ? etc…). Mais il a raison : en soit, est-ce que cela change beaucoup quelques mois ? Et à quoi, ça sert de se poser autant de questions ? Quant à ma maman, elle est aussi géniale dans ces propos : « Tu as le temps, ça sert à rien de te mettre la pression. Profite de ton ainé, car il a encore beaucoup besoin de toi ». Ils m’apaisent face à cette « pression » et je leur en suis très reconnaissante.

Je suis donc remplie de sentiments ambivalents, et surtout agacée que les gens me posent cette question au fond, parce que c’est un sujet sensible sur lequel je cogite déjà. Leur pression ne fait qu’accentuer mes questionnements. En résumé, mon coeur me dit souvent quelque chose, ma tête ultra-rationnelle me dit ensuite autre chose. Normalement l’amour n’est pas rationnel, on est d’accord ? Donc, je pense qu’au bout d’un moment, ma rationalité va finir par s’envoler, et tant pis pour ma promotion ? Et si je pouvais rêver et me dire qu’on peut tout avoir (oui, oui, j’ai une collègue qui a eu une promotion enceinte !). 

25 réflexions au sujet de « La pression du deuxième enfant… »

  1. Je t’envoie plein de réconfort. Si seulement les gens apprenaient à se mêler de leurs affaires, ou au moins à se montrer discrets et respecter les autres… Ce projet BB2 arrivera au bon moment, et pour vous et pour Petit Prince, je n’en ai aucun doute 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Je comprends que ça puisse te mettre la pression étant donné que toi aussi tu souhaite ce deuxième. Tu as tout à fait raison de penser également à ta carrière professionnelle mais effectivement cette envie viscérale en face de la rationalité de ta carrière ne doit pas être évident à gérer. Je trouve que ton mari et ta maman n’ont pas tout à fait tord dans leur manière de réfléchir. Et puis des questions, on s’en pose tout le temps plein pour ce genre de décision (cf. mon article sur la question de bébé2)
    Je te souhaite un beau bébé quand vous l’aurez décidé et j’espère que la pression que vous avez l’impression d’avoir va quand même redescendre d’ici là!

    Aimé par 1 personne

  3. Je t’ai déjà dit ce que j’en pensais. Les gens ont toujours à redire et c’est insupportable quand déjà ton coeur se bat contre ta tête et ton corps parfois.
    Ici mon choix n’a pas été compris et souvent critiqué alors que j’ai de plus en plus l’impression que en cette fin d’année 2017 j’atteinds tous mes buts. Preuve que finalement ce n’était pas des choix si idiots que ça…
    Je te souhaite que tout se passe comme tu le voudras en tout cas! Et que quand ta tête autorisera ton coeur à succomber a ses envies, ton corps se mêlera tout de suite au projet 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Personnellement, je n’ai pas eu la pression du deuxième, avec 20 mois d’écart, les réactions ont été plutôt inverses… mais de manière surprenante, c’est maintenant que les gens s’attendent à ce qu’on enchaîne puisqu’on a commencé …
    je trouve effectivement ton mari et ta maman très juste, et peut-être qu’avoir une dead line t’aidera à mettre d’accord ton coeur et ta raison, moi ça m’aide 😉

    Aimé par 1 personne

  5. Comme je comprends tes interrogations. Mais clairement, assume tes choix ! Les gens auront toujours à redire… Tu aurais fait un deuxième enfant avant que ton premier n’ait 1 an et cela aurait fait parler également… J’ai eu le raisonnement et le parcours inverse, à savoir lâcher ma carrière, ma vie pro pour mes enfants, mais c’est mon choix… j’admire tout autant les mamans qui arrivent à tout concilier, qui réussissent à lâcher un peu leurs loulous pour vivre leur vie professionnelle sans culpabilité… Et à maman épanouie, enfants épanouis…

    Chaque femme, chaque homme, chaque famille trouvera un équilibre qui lui convient et ce ne sera pas le même que celui du voisin et c’est tant mieux…

    Prends ton temps, la vie te répondra bien assez tôt !

    Virginie

    Aimé par 1 personne

    1. Ton message me fait beaucoup de bien. Je pense exactement comme toi ! Malheureusement le jugement existe encore un (peu) trop souvent surtout sur les générations de mes parents. Ma famille ne dit rien et est adorable (disons que ma mère se retient je pense); mais quant à ma belle-famille, je devrai limite m’excuser d’aimer mon travail…

      Aimé par 1 personne

  6. Tu as raison d’attendre un peu … même si un enfant est évidemment bien plus important qu’une promotion. Ça vaut quand même le coup de donner un coup de pouce à ta carrière pro maintenant pour savourer ensuite la maternité sans regret si sentiment de sacrifice qui abime parfois longtemps la vie des femmes. Je te souhaite de réussir à tout avoir très vite, car oui, on PEUT tout avoir, n’en doute jamais !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire ultra-positif et déculpabilisant 🙂 Beaucoup de gens me disent que ce n’est pas possible de faire carrière ET d’avoir des enfants. Cependant j’ai de la chance d’avoir un mari très disponible, et ça m’aide beaucoup !

      Aimé par 1 personne

  7. Je ne peux que te comprendre…Les « gens » ne pensent pas à mal en posant cette fameuse question, souvent tout à fait innocemment…Mais c’est au final une sacrée pression, comme si tu allais prendre cette décision sur un coup de tête pour leur faire plaisir! Il y a tellement d’éléments à prendre en compte, c’est une décision de couple, déjà, et propre à chacun selon son environnement, sa stabilité, son envie…Laisses toi le temps, assumes tes choix de vie (après tout ce sera à vous de vous occuper de l’enfant en question, seuls vous connaissez le moment qui sera le mieux poiur vous!). Et puis au final, c’est souvent la vie qui décide un peu à notre place…

    Aimé par 1 personne

  8. Tu t’en doutes, ce sujet me touche beaucoup, et même si je n’ai pas pris le temps de te répondre plus personnellement lorsque tu nous en as parlé, je le fais ici.
    On sent dans ton discours cette envie viscérale se préciser de plus en plus. Mais je suis la première à comprendre combien la carrière peut peser dans nos choix de vie. Parce que, certes, un enfant est plus important, mais il faut se rendre à l’évidence : dans nos sociétés, nous passons finalement la majorité de notre temps au travail ! Alors pour que tu puisses continuer à être épanouie dans ce que tu fais, afin d’être cette maman épanouie pour tes enfants, il est aussi nécessaire de porter attention à ta carrière.
    Je pense que ton mari a trouvé le compromis parfait : vous laisser encore un peu de temps pour avancer tranquillement dans vos vies, avec votre grand garçon, dans ton job, et si rien ne se présente, vous laisser aller à l’envie d’agrandir la famille. Finalement, il n’y a que de bonnes options ! 🙂
    Bon, et en plus, j’espère que tu pourras tout avoir ! (parce que moi, je fais partie de ces chanceuses qui ont eu une promotion (et même une augmentation !) pendant leur congé mat !)

    Aimé par 1 personne

    1. Félicitations 🙂 🙂 J’avais eu aussi une promotion au retour de mon premier congé maternité (mais c’était un coup de bol = le poste ouvert au bon moment). Dans notre situation actuelle, c’est évident que mon mari la-dessus m’aide beaucoup. Heureusement qu’il est là pour m’aider à prendre du recul.

      Aimé par 1 personne

  9. C’est toujours le même problème qui revient, à savoir que les remarques désobligeantes et les questions indiscrètes nous atteignent, nous blessent et nous amènent à nous remettre en cause. Alors qu’il s’agit là de sujets intimes qui ne concerne que le couple et personne d’autre. Ces fameux autres devraient apprendre à se mêler de leurs affaires mais c’est aussi toute une société qui devrait se remettre en question sur ce sujet.

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis d’accord ! Malheureusement c’est difficile de rembarrer les gens. Personnellement je ne pose pas tellement de questions à mes collègues & amis, je pars du principe que si les gens veulent en parler, ils le feront par eux même, mais c’est loin d’être la manière de penser de beaucoup de personnes…

      J'aime

  10. Je pense que les gens ne pensent pas forcément à mal, c’est un peu un sujet bateau comme la météo.
    Mais bien évidemment, j peux comprendre que ça te dérange puisque ça vient appuyer là ou ça fait mal.
    Ton mari est très pragmatique et c’est très bien, ça permet de se laisser un peu de temps tout en s’écoutant.
    En tout cas, je te souhaite d’avoir rapidement cette promotion pour pouvoir suivre ton coeur.
    Aller, courage 🙂

    J'aime

  11. Comme je comprends tes réflexions!!! Les gens sont insupportables!!! ça m’agace au plus haut point quand je vois des attitudes de ce genre… Grrrrr … Mais de quoi je me mêle ?!!? Bon après c’est parfois histoire de dire quelques chose qu’ils disent çà, mais dans ces cas là autant parler des nuages, c’est bien les nuages!
    Le bon moment sera quand tu auras décidé… et si tu n’en veux jamais un deuxième… En quoi çà regarde les gens??? L’essentiel c’est votre bien être familial. Y en a marre de ce moule de famille de 4. Parce que c’est çà… Il faut 2 enfants, cà fait bien c’est la « règle » de la société. Mais là attention si jamais tu te manques et que tu as une deuxième fille ou un deuxième garçon!Parce que le must du must c’est bien sur d’en avoir un de chaque! Et attention aussi si tu as l’audace d’en faire un troisième!!!
    En tout cas courage 😉 !

    Aimé par 1 personne

  12. Je n’en suis pas encore au 2ème mais je te comprends parce que ces questionnements et la pression extérieure je l’ai eu avant de tomber enceinte. Choisir entre un enfant et une carrière n’est pas aussi facile que ça parait (et d’ailleurs je commence à cogiter sur le timing de BB2 avant même d’avoir accouché de la première). Pour finir j’avais cède à l’envie de bébé, et j’ai eu la chance d’avoir le boulot aussi en bonus 🙂
    Je trouve très sage de te donner du temps pour la promotion sans pour autant faire tout dépendre de ça. Je te souhaite un nouveau super boulot et un beau bébé pour bientôt du coup 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire 🙂 On verra bien. Je le fais un peu comme je le sens pour pas avoir de regrets dans les deux sens. Je pense que c’est le plus important pour ne pas regretter mes choix. Bon, ça me ressemble aussi beaucoup de tergiverser un peu avant de prendre une grande décision (et ce, dans tous les domaines). Au moins, quand je saute le pas, ensuite je suis sûre de moi à 100%. Bravo pour le bébé & le boulot en même temps 😉

      J'aime

  13. Exactement dans la même situation, un petit garçon de 2ans passés et cette même question sans cesse : A quand le second ? Je ne sais même plus quoi répondre tellement je suis lassée de devoir justifier mon choix d’attendre encore..cette pression sociale est vraiment dur à supporter, et tu as raison presque à nous faire culpabiliser de ne pas rentrer dans le moule..Bref je me dit : »assumes tes choix et n’écoute pas les gens qui veulent vivre ta vie par procuration.. »

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s