Bébé

Une rentrée à la crèche pas si évidente…

Après six semaines avec nous, il était temps pour Petit Prince de retourner à la crèche, cette crèche qui l’a accueilli après nos problèmes de nounou, et qui lui a permis de s’épanouir. Sauf que Petit Prince a changé de section, et ça change beaucoup !

L’angoisse de la reprise (pour Maman et Papa !)

Je ne vous dis pas l’angoisse quelques jours avant la reprise. Et si ça se passait mal ? Et si Petit Prince ne reconnaissait pas les lieux ? D’autant plus que nous ne savions pas dans quelle section il allait se retrouver. Beaucoup d’incertitudes, car la section qui l’accueillait, l’année dernière était en multi-âge et fonctionnait sur un modèle de micro-crèche. C’était vraiment chouette et j’aimais beaucoup l’équipe pédagogique. Sauf que cette section n’existe plus dorénavant et Petit Prince va se retrouver dans une « grosse section » de 20 « grands bébés » de son âge.

fullsizerender-5

Un poisson dans l’eau

A notre grande surprise, la première journée s’est extrêmement bien passée. Petit Prince, d’un caractère très sociable, était ravi de revoir d’autres enfants. Il retrouve en outre deux personnes qui s’occupaient déjà de lui l’année dernière, ce qui était très rassurant pour nous. Il adore jouer avec les « gros légos » et dans la piscine à boules. Bref des journées remplies de rires et de sourires d’après l’équipe. Il s’est remis dans le bain sans trop de problème a priori.

Mais des couacs !

Les choses ne sont pas pour autant aussi idylliques que cela, et force est de constater que la section de cette année n’a plus rien avoir avec l’année dernière : moins d’encadrement, salle de jeu plus petite… Sa référante est d’ailleurs démotivée : la crèche devient « une usine ». Indépendamment de cela, les personnes de l’équipe que nous ne connaissons pas se présentent à peine, et je trouve les passations sommaires. A la limite, ce n’est pas très grave tant que c’est « nous ». Sauf que quand les couacs concernent bébé, c’est bof.

Nous avons deux soucis majeurs : j’ai retrouvé mon bébé avec un joli caillou dans la bouche dans le jardin de la crèche mais aussi bébé n’arrive pas à faire ses siestes. Résultat,  une grosse frayeur pour moi qui ai moi-même retiré la pierre de la bouche de mon bébé – les filles n’avaient rien vu. En outre, j’ai un bébé vaseux presque tous les soirs qui s’endort dès qu’il est dans la poussette. Nous avons très vite averti la directrice, car nous sommes très choqués de cette histoire de caillou. Sympa la surveillance ! De plus, le manque de sommeil nous contrarie beaucoup. Bébé a un bon rythme d’habitude et quelque chose doit forcément « trop le stimuler » ou le gêner. Et la directrice réagit, fait preuve d’un vrai professionnalisme et comprend tout à fait notre ressenti. Elle a re-briefé les équipes et nous appelle tous les jours pour nous rassurer… mais notre vécu avec la nounou a laissé des traces et nous ne sommes pas au top de notre forme son papa et moi. Oui, nous avons le sentiment que cette nouvelle section est une usine, que notre fils est un numéro parmi d’autre. Et puis, très honnêtement, est-ce que je peux être heureuse de voir mon tout petit épuisé le soir ? De ne pas pouvoir en profiter ? De ne pas pouvoir lui donner son repas ? Je suis frustrée de ne pas réussir à me « lier » avec les équipes, car pour moi, l’affect, c’est important. Les filles semblent déborder et presser de faire les échanges avec les parents.

Voyons le positif

Déjà c’est le début, donc la section se met en place, donc normalement les choses sont censées s’améliorer. Mais surtout, nous avons eu une proposition de place en micro-crèche. Le hic, c’est qu’il n’y a pas de jardin et que nous ne connaissons pas le personnel. Le luxe, c’est que la crèche est neuve, qu’il n’y a que 10 enfants et un taux d’encadrement meilleur. Ils ont l’air très à cheval aussi sur les principes pédagogiques et l’éducation bienveillante : adaptation de deux semaines obligatoires, feuille de rythme à remplir deux semaines avant l’arrivée, enfant malade prié de rester à la maison, vie en petite famille, etc… Franchement sur le papier, c’est top. Mais il y a des mauvaises micro-crèches (comme de mauvaises crèches ou de mauvaises nounous). Alors on fait quoi ? Nous qui hésitions – car j’ai encore en souvenir sa section de l’année dernière qui était chouette et je vois les avantages d’être en grosse structure (personnel « plus diplômés », médecin, activités notamment) -, allons la visiter la semaine prochaine.

Je croise les doigts très forts pour que ce soit son dernier mode de garde si nous changeons. Je veux que cela se passe bien et que la qualité de garde soit égale dans le temps. Pourquoi c’est le parcours du combattant ? Sommes-nous une famille « pas de bol » ? Sommes-nous trop exigeants ? Mais comme je crois en ma bonne étoile et que je suis assez superstitieuse : on ne dit jamais deux sans trois. Donc la troisième fois sera la bonne 🙂

Publicités

2 réflexions au sujet de « Une rentrée à la crèche pas si évidente… »

  1. Si tu n’es pas convaincue par cette nouvelle section (et d’après ce que tu dis c’est normal, le coup du caillou dans la bouche, c’est hallucinant !) ni par la micro crèche, tu peux toujours chercher une autre nounou ? Tu n’as pas eu de chance avec la 1ère, mais il y en a de vraiment très bien. Si tu vas dans cette voie, je te conseille de contacter le RAM. C’est à mon sens un gage de qualité et surtout l’assurance que ton fils verra d’autres enfants

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s