Bébé·Vie de famille

Le joli petit casque de Petit Prince : le traitement de sa plagiocephalie

Après des péripéties avec différents pédiatres et une multitude de rendez-vous chez le kinésithérapeute et chez l’ostéopathe, nous nous sommes décidés : Petit Prince a porté une orthèse crânienne pour corriger ce que l’on appelle communément « la tête plate ». J’ai attendu d’avoir plus de recul sur le traitement et que celui-ci soit fini pour vous faire partager notre expérience. Allez, je vous explique tout cela !

Rendez-vous chez un pédiatre spécialisé

Face à la réticence des pédiatres de quartier pour ce genre de traitement, nous avons rencontré un pédiatre spécialisé sur Paris. Il nous a rassuré et a pris le temps de nous expliquer la corrélation entre le torticolis congénital de Petit Prince et sa plagiocéphalie. En effet, le torticolis a provoqué la plagiocéphalie qui entretient parallèlement le torticolis, puisque plus la tête est déformée et plus il est difficile pour bébé de la tenir correctement. Le médecin identifie une asymétrie de 1,6 cm, sachant qu’une asymétrie est jugée sévère au-dessus de 1,2 cm. Bref, dans le cas de Petit Prince, le casque ou l’orthèse cranienne s’impose !

Il nous suggère en outre d’investir dans un petit fauteuil orthopédique qui permet à bébé de se tenir assis très tôt, car le dos est bien soutenu. Cela va nous permettre ainsi de faire des exercices de kiné-active à la maison, notamment en lui montrant des jouets du côté où est son torticolis. Enfin nous devons continuer tout au long du traitement les séances de kinésithérapie deux fois par semaine.

Le joli casque de Petit Prince

Suite à cette rencontre avec le pédiatre, un rendez-vous a vite été pris avec un groupe d’orthopédie spécialisé dans les orthèses craniennes dans les Haut-de-Seine. Ils sont les seuls en Ile-de-France à proposer le traitement. Le premier rendez-vous nous permet de prendre les empruntes du crâne de Petit Prince à l’aide d’une sorte de chaussette que l’on met sur le crâne de bébé avec des capteurs. A l’aide d’une sorte de « flash », cela permet de visualiser en moins d’une minute la forme du crâne sur ordinateur. Les résultats sont impressionnants et précis : nous apprenons qu’en réalité, l’asymétrie de Petit Prince est de 1,9 cm !

Deux semaines s’écoulent et nous réceptionnons enfin le casque de Petit Prince. Le casque ne recouvre pas l’ensemble du crâne et ressemble plutôt à une sorte de bandeau plus ou moins élargi en fonction de « zones d’appui ». Le traitement par orthèse, dans notre cas, se fait de manière dite « active », c’est-à-dire que des pressions sont exercées sur le crâne à certains endroits afin de réorienter la croissance de celui-ci dans la bonne direction et de combler les zones aplaties. Cela peut paraître barbare, mais en réalité, les pressions s’apparentent à ce que peut ressentir bébé lorsqu’il est couché. Indépendamment des aspects techniques, l’équipe s’est montrée très disponible, nous a donné des explications claires et le casque est personnalisé. Ce ne sont peut-être que des détails, mais qui permettent de mieux accepter et appréhender le traitement, puisque cela reste impressionnant de voir son petit bout avec un appareil de ce genre sur la tête. A noter, néanmoins que le casque est très léger (200-300g).

FullSizeRender-1

Le traitement : inconvénients, avantages et suivi

Suite à la réception du casque, nous avons eu 15 jours après un rendez-vous de suivi pour contrôle. En effet, le casque doit se mettre progressivement : de quelques heures au début à 22 heures sur 24. Les parents ont un rôle important : ils doivent certes bien mettre le casque, mais surtout vérifier l’absence d’irritation de la peau. En effet, l’un des inconvénient majeur est que le casque étant dynamique, des rougeurs apparaissent. Si elles sont normales, elles disparaissent en quelques heures. Le cas échéant, ce sont des irritations que l’on peut traiter à l’aide d’une crème hydratante. Parfois, ces irritations nous ont obligées à arrêter le casque un ou deux jours, mais rien de réellement important et ce n’était pas du tout récurrent. Un autre inconvénient est la transpiration lié au casque : bébé transpirant pas mal, il faut nettoyer une fois par jour le casque avec du savon et de l’eau, histoire d’éviter les mauvaises odeurs. Un autre inconvénient aussi est qu’il est un peu moins évident de faire des câlins à son tout petit, mais on s’adapte très vite ! Enfin, ce traitement n’est pas remboursé par la sécurité sociale, mais il s’est vraiment « démocratisé » depuis quelques années. Avant l’arrivée de l’équipe qui nous suit dans les Hauts-de-Seine, le traitement coûtait plusieurs milliers d’euros avec parfois une nécessité d’aller se faire traiter à l’étranger pour les cas les plus graves. Le traitement est aujourd’hui plus accessible et coûte un peu moins de mille euros casque et rendez-vous compris.

Les « avantages » (puisque dans tous les cas, cela aurait été mieux d’éviter le traitement) quant à eux sont intéressants : bébé supporte très bien le traitement, ce qui est assez étonnant au début. On ne s’attend pas à une aussi bonne adaptation. Bébé s’adapte mieux que les parents ! En outre, le casque permet de protéger le crâne de bébé lorsque celui-ci commence à tourner et à faire du dos / ventre & ventre / dos. C’est bête mais c’est un avantage plutôt intéressant qui a évité des bobos ! Le casque amène aussi un regard bienveillant des personnes extérieures, et des interrogations mais qui restent vraiment très gentilles. Le traitement étant méconnu en France, les gens sont souvent surpris du traitement et compréhensifs lorsque je parle du problème de tête plate. Néanmoins je remarque que pas mal de jeunes parents de notre génération sont soit concernés (et n’ont pas fait le choix de traiter) soit connaissent des bébés dans le cas de Petit Prince. Comme quoi, les choses évoluent !  Le suivi est aussi un avantage car rapide et facile : un rendez-vous par mois d’environ 30 minutes. Le casque a un intérieur en mousse. Le prothésiste creuse tout simplement la mousse pour adapter le casque en fonction de l’évolution du crâne (toujours contrôlée à l’aide de la drôle de chaussette dont je parle au début). Bref, c’est un vrai traitement sur mesure !

Pour quel résultat ?

Notre ostéopathe nous disait que les résultats étaient variables en fonction de la malléabilité du crâne de chaque enfant. Chez Petit Prince, le traitement a dépassé nos espérances, du moins les deux premiers mois. Nous avons fait un peu moins de quatre mois de traitement (avec deux semaines de pauses car il faut enlever le casque lorsque bébé est malade). Pour rappel, nous avions débuté à une asymétrie de 1,9 cm. A la fin du premier mois, nous étions à 1,1 cm et parallèlement le torticolis de Petit Prince avait enfin été résolu ! A la fin du deuxième mois, nous sommes passés à 4-6 mm d’asymétrie en fonction des endroits. Bref, le résultat a été flagrant et réellement spectaculaire. Mes parents qui n’avaient pas vu Petit Prince les deux premiers mois du traitement ont été bluffés.

Pour le troisième mois, nous n’avions gagné que 1 mm et une diminution de la zone de méplat. L’évolution a donc été moins spectaculaire. Il y a deux raisons à cela. Tout d’abord Petit Prince a été malade et n’a pas porté énormément le casque. En outre, la croissance du crâne se ralentit avec l’âge, ce qui peut jouer sur le traitement. Idéalement il convient de commencer le traitement le plus tôt possible pour avoir les meilleurs résultats possibles (vers cinq, six mois – avant ce n’est pas possible). Au jour, où j’écris, nous avons retiré le casque depuis deux semaines. Je pense que nous devons être à environ 4 mm de méplat qui se résorberont sans aucun doute avec le temps et avec un peu d’ostéopathie, car le crâne d’un enfant se transforme encore jusqu’à six ans. Sa tête n’est pas parfaitement ronde et il y a quelques asymétries légères qui restent peu visibles (il faut vraiment regarder !).

Ce casque, c’est sans aucun doute la meilleure décision que nous avons pu prendre avec mon mari. Le traitement est encore pas mal décrié par de nombreux pédiatres en France, car jugé inutile. Sauf que dans le cas de Petit Prince et de son torticolis congénital, c’était une nécessité. Le casque a aidé à corriger certes une grosse partie de l’asymétrie, mais à aussi résorber le torticolis en rééquilibrant son crâne. Nous nous étions vite habitués au traitement et à sa petite tête avec le casque, et c’est avec une certaine nostalgie que nous avons arrêté le traitement. Comme quoi…

 

 

Publicités

9 réflexions au sujet de « Le joli petit casque de Petit Prince : le traitement de sa plagiocephalie »

  1. Bonjour, ou avez vous consulte pour faire faire le casque? Mon fils a 3 mois et celà ne bouge pas depuis sa naissance malgré l’ostéopathie, je veux consulter dès que possible. Merci 😉

    J'aime

  2. Bonjour,
    Ma fille a également portée un casque et cela a très bien fonctionné et le Dr Marck nous a bien conseillé, je le recommande.
    Par contre nous avons observé une diminution de la croissance du périmètre crânien, rien de grave mais la croissance se fait maintenant juste au dessus de la ligne.
    Est ce que vous avez aussi observé ce phénomène avec le casque de petit prince ?

    J'aime

    1. Bonsoir, son périmètre crânien continue à évoluer normalement il me semble (il n’a jamais eu un périmètre conséquent). Par contre, en fin de traitement, nous avions constaté quelques irrégularités sur son crâne qui sont parties en quelques mois. Je suis ravie de voir que le traitement a aussi bien fonctionné pour votre fille. C’est un soulagement. Je n’aurai pas pu laisser mon fils ainsi pour ma part 🙂

      J'aime

  3. Bonjour. Je vais voir le Docteur Thierry Marck le 18 avril pour mon bébé de 4 mois qui souffre d’une plagio. Tout d’abord je suis content de voir un témoignage rassurant car je pense qu’il aura besoin d’un casque tout comme votre petit prince … a quel age lui a-t-on posé son casque pour la 1ère fois ? Nous notre fils aura exactement 4 mois et 11 jours lorsque le docteur Marck le verra pour la 1ere fois. Ne connaissant pas les délais jusqu’a l’obtention du casque, j’espère que nous ne nous y prenons pas trop tard ….. En tous cas je suis stupéfait par le manque d’infos à ce sujet, et le nombre de pédiatres qui prennent ce souci comme secondaire …..

    J'aime

    1. Petit Prince a eu son casque à 5 mois et demi, donc surtout pas d’inquiétude. C’est le parfait timing. De toute manière, l’orthèse n’est pas posée avant 5 mois & demi / 6 mois généralement, car le crâne grandit trop vite les premiers mois. Posé trop tôt, il faudrait changer de casque en cours de traitement. En tout cas, nous sommes toujours aussi ravis du résultat. Aujourd’hui Petit Prince a 19 mois et on ne voit plus qu’un léger méplat caché par les cheveux.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s