My job !

Le métro et moi

Hier soir, en rentrant à la maison du travail, j’ai pris le métro comme d’habitude. Et comme d’habitude, le plongeon a de nouveau été difficile. Ah, le métro et moi, c’est une vrai histoire d’amour ! Il faut être honnête en bonne provinciale que je suis, je crois que je ne m’y habituerai jamais.

Par exemple, hier soir, je me suis retrouvée du haut de mes 1 mètres 60 au milieu de personnes qui faisaient toutes plus d’1 mètre 85 et sans doute plus de 100 kg. Je vous laisse imaginer ce qu’il s’est passé lorsque le conducteur a freiné brusquement. Il faut dire que je n’ai eu particulièrement pas de bol ce soir là… C’est un peu prêt ce que j’ai ressenti tout le long de mon trajet  :

Capture d’écran 2016-06-01 à 21.04.03

Et sinon, les autres jours ? Et bien, c’est un vrai parcours du combattant. Les gens sont généralement ultra « speed ». Alors j’ai développé des techniques :

  • Je sais dans quelle rame je peux grimper et espérer avoir le moins de monde possible,
  • Je sais me faufiler avec agilité entre les gens pour atteindre une place stratégique. Par exemple m’appuyer contre les portes ou me mettre entre les sièges, car on ne va pas se leurrer: les places assises en heure de pointe, c’est rare. Si tu apprécies la promiscuité et te sentir serré, écrasé, alors positionne toi au milieu, pile ou il n’y a pas de sièges. Boite de sardine garantie !
  • Je sais slalomer sur un quai blindé de monde pour atteindre le plus rapidement possible la sortie, technique qui a ses limites lorsqu’il y a vraiment beaucoup beaucoup de monde ou si tu as une personne devant toi qui marche doucement.

Mais on ne va pas se mentir, je n’arrive pas à éviter :

  • Les personnes qui poussent, qui poussent pour rentrer dans le métro en espérant que miraculeusement il y aura un peu de place qui va se faire en poussant… Entre nous, sur la ligne 13, il y a des métros toutes les minutes en heure de pointe lorsqu’il n’y a pas de problème. Par conséquent, je ne comprends pas trop la logique.
  • Les personnes qui aiment vous coller (homme ou femme, il y a de tout),
  • Les personnes qui vous collent – au choix – leur portable, leur livre, leur journal… sous le nez – j’avoue que cela m’agace énormément. On a déjà pas de place…
  • Au choix : les mauvaises odeurs, les parfums trop forts et / ou les déodorants bon marché,
  • Papi qui arrive en heure de pointe et qui joue des coudes pour avoir de la place (même si le métro est super blindé),
  • Les personnes énervées, car « vous m’avez poussé » ou « laissez-moi descendre »,
  • Les personnes qui poussent, qui vous marchent sur le pied ou vous donne des coups de sacs pour sortir du métro (au choix ou tout en même temps si pas de chance) – et à l’opposé, les personnes qui ne comprennent pas qu’il faut parfois sortir de la rame pour laisser sortir les gens !
  • Quand la ligne 13 est ralentie pour X raison

Et enceinte, c’était comment ? Compliqué, et c’est bien pour cela que j’ai une pensée énorme pour toutes les femmes enceintes, les personnes « fragiles », les enfants… qui prennent le métro en heure de pointe. C’est déjà difficile pour moi qui ne suis pas très grande. Bref le métro, c’est vraiment « the jungle ».

Mais en conclusion, il faut être réaliste : nous sommes tous dans le même bateau et c’est quand même bien pratique d’avoir un moyen de transport rapide pour aller travailler.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Le métro et moi »

  1. Tu me rappelles certains souvenirs de ma vie parisienne 🙂 . Tu as oublié les gens qui font la manche… Vivre sans métro je dois dire je le savoure et d’un autre côté lorsque j’ai emménagé dans ma province allemande j’ai vraiment eu un choc de ne plus pouvoir me reposer sur un réseau de transports en commun pour me déplacer.

    J'aime

    1. Ah oui, c’est vrai ! J’en croise plus beaucoup en ce moment bizarrement ! C’est vrai qu’être dépendant à 100% de la voiture, c’est très différent (surtout quant on a pas le permis et qu’on est ado !). Toutes les distances sont plus longues en région en même temps donc c’est difficile de comparer 🙂 Moi, j’adorai prendre ma petite voiture avant d’arriver en région parisienne.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s