Bébé·Vie de famille

Je crois que je suis jalouse de ma nounou ou comment j’aimerai peut-être avoir une place en crèche

Dur, dur de trouver un titre qui reflète réellement mes sentiments… Dans tous les cas, c’est très difficile de trouver une bonne nounou. Surtout à Paris. C’est une vraie jungle pour trouver une personne bien, sérieuse et affectueuse qui aime vraiment les enfants. Pour dire vrai, je suis passée par une super agence, assez haut de gamme en région parisienne pour trouver notre « perle ». Oui, mais sauf que…

Le choix d’une nounou : un choix par défaut ?

A trois mois de grossesse, je savais déjà que je n’aurai pas de place en crèche, et ce n’est pas faute d’avoir relancer. Plusieurs fois. Et même après la naissance. La dernière fois, la gentille dame de l’accueil m’a répondu : « c’est l’élu qui décide de l’attribution d’une place ». Monsieur Etoile et moi, nous ne sommes pas au top niveau relationnel. Ainsi l’attribution d’une place un jour me semble plus qu’anecdotique.

Très honnêtement, cela ne m’a pas dérangé sur le coup. Avoir une auxiliaire à domicile, c’est parfait pour le respect du rythme de bébé, et cela le « perturbe moins » dans la mesure où il reste dans son environnement. C’est vraiment parfait quand bébé est tout petit. Nous aurions pu nous orienter vers une assistante maternelle, mais le fait que bébé évolue dans un environnement étranger avec pas forcément le même confort qu’à la maison, a fait que nous sommes restés sur l’idée d’une auxiliaire parentale à domicile. En plus, nous nous étions mis d’accord avec Monsieur Etoile pour se mettre en garde partagée exclusivement à notre domicile. Cela permet d’avoir le bénéfice que bébé soit dans son environnement tout en ayant un petit copain pour se sociabiliser. Bref, nous avons donc vraiment fait un choix, et ce n’est pas un choix par défaut au départ.

A la recherche de la super nounou

Quant bébé est arrivé, il s’est avéré que j’ai tout de suite accroché dans mon rôle de maman. J’adore être à la maison, cuisiner, faire du jardinage, bouquiner ou écrire… La maternité et m’occuper de mon enfant m’ont sans aucun doute épanoui. Mais un jour, il a fallu chercher notre nounou. Chance énorme, nous avons trouvé une co-famille super avec un petit bébé adorable qui a presque le même âge que Petit Prince. En plus, les parents étaient d’accord pour passer par une agence chasseuse de nounous.

Nous avons rencontré des candidates presque toutes très bien, et nous avons choisi au feeling. Elle présente bien, elle est souriante, 8 ans d’expérience et un diplôme. Bref, tout devrait marcher comme sur des roulettes. Sauf que dans mon coeur, les choses commençaient déjà à changer : une crainte, une appréhension à commencer l’adaptation, puis la garde…

Les débuts et mon ressenti

La période d’adaptation a commencé, et tout se passe bien. Petit Prince lui sourit, il se sent relativement bien avec elle, sauf que dans mes yeux de maman, les choses ne sont pas si simples. C’est très dur de la voir s’occuper de lui. Jamais elle n’aura les mêmes gestes, la même affection que moi (bien heureusement quelque part !), mais  en même temps jamais elle n’aura aussi le même crève coeur quant elle entendra Petit Prince pleurer, jamais elle n’aura le ressenti que j’ai sur sa façon de réagir. On a un lien avec son enfant qui fait que personne ne peut mieux s’occuper de lui que ses parents. Oui, vision peut-être très réductrice pour certaines personnes, n’est-ce pas ? Mais c’est réellement ce que je ressens avec mon Petit Prince. Alors ne venez pas me dire que c’est parce que je sors du congé maternité… Non, non… j’ai déjà travaillé un mois et demi avant ma reprise définitive et son papa le gardait, et je n’ai absolument pas réagi ainsi.

J’ai l’impression de ne pas faire le bon « choix ». Pas à cause de la personne, car j’aurai sans doute eu le même ressenti avec une autre personne. Elle a d’excellentes recommandations. J’ai appelé ses dernières familles, et elle a été décrite comme une personne très souriante, affectueuse, et les enfants étaient a priori épanouis à ses côtés. Ils s’en souviennent encore aujourd’hui ! Je crois que je n’accepte tout simplement pas qu’une personne que l’on ne connait pas intègre notre famille en s’occupant de la personne la plus chère à mes yeux : Petit Prince. Elle va intégrer mon foyer « comme si elle était chez elle ». J’aurais choisi une assistante maternelle, je n’aurais pourtant pas aimé le fait qu’il soit dans une « famille étrangère ». C’est un casse-tête sans fin, non ?

Jouets Petit Prince

Est-ce que la solution ne serait pas finalement une place en crèche ? 

Et oui, c’est bien la vérité. Moi, qui trouve que pour l’équilibre, c’est mieux que bébé soit au calme à la maison, et bien j’ai (peut-être ?) changé d’avis. Je serai probablement plus sereine s’il y était, je l’avoue, car une personne étrangère fait partie maintenant de notre famille par la force des choses. En crèche, il serait dans un lieu neutre avec des copains, avec des puéricultrices et beaucoup d’activités, car il faut reconnaitre que les activités restent limitées à la maison. J’ai déjà bien remarqué que les nounous avaient comme activité préférée la sortie au parc, sauf que j’adore la peinture, la lecture, les jeux de construction… et j’ai un bébé curieux, sociable qui serait sans doute ravi de jouer dans un lieu plus grand avec plein d’autres copains lorsqu’il sera un peu plus grand. Pour moi, la crèche, c’est la « pré-école »; et moi et son papa, nous serions les seuls à lui donner toute notre affection. Peut-être que je me trompe totalement, et que je réagis ainsi, car j’appréhende le début de sa garde. Une bonne nounou sait varier les activités !

Ou peut-être que je n’accepte tout simplement pas cette exclusivité affective qu’à la nounou avec mon bébé dans la journée ? Elle ne me remplacera certes jamais dans mon rôle de mère, mais c’est plus fort que moi : je n’arrive pas à être 100% sereine, convaincue qu’elle ne pourra pas faire les choses « aussi bien que moi », ayant peur du moindre faux pas.  Et oui, je le reconnais : cela me touche beaucoup. Mais ce serait pareil à la crèche non ? D’autant plus qu’il y a généralement une auxiliaire référante pour cinq enfants… Bref, tout cela pour dire, que je suis traversée par une multitude de sentiments : ce qui est le mieux pour mon bébé et son rythme versus ce qui me rassurait le plus ! Je vais sans aucun doute retenter ma chance pour avoir une place en crèche en septembre, et on verra bien… A moins que d’ici quelques semaines, je sois vraiment convaincue par notre super nounou ?

Publicités

23 réflexions au sujet de « Je crois que je suis jalouse de ma nounou ou comment j’aimerai peut-être avoir une place en crèche »

  1. La garde de son enfant après la naissance, c’est quelque chose sur lequel je réfléchis beaucoup. Comme toi j’ai bien conscience qu’à Paris le mode de garde c’est vraiment une galère sans nom. En ayant changé de travail et étant donné la politique de ma boite je suis moins inquiète que je ne l’étais dans mon précédent job. Néanmoins comme toi je crois que je serais plus à l’aise avec une crèche qu’une inconnue qui viendrait chez moi. Je pense que ta jalousie est normale. Quelque part quand ils sont à la crèche ils ne lient pas forcément une relation aussi étroite qu’avec une nounou qui n’a que quelques enfants.
    C’est pas facile. J’espère que tu trouveras la solution qui te convient.

    Aimé par 1 personne

    1. On verra bien, et puis j’essaye de faire confiance à ma bonne étoile. Peut-être que je ne devrai pas me faire autant de soucis et me poser autant de questions 🙂 Je pense qu’avant tout j’ai surtout besoin d’être rassurée. C’est important d’avoir une auxiliaire affectueuse pour bébé. Verdict dans les semaines à venir !

      Aimé par 1 personne

  2. Cet article me rend triste pour toi, j´ai tellement mal vécu aussi cette période d´adaptation. Pour te rassurer je dirais que le principal c´est que ton petit prince soit bien traité et en sécurité. Et il semblerait vraiment que ce soit le cas. Pour lui je pense d´ailleurs que cette solution reste la meilleure. Il reste dans son environnement. Et les bénéfices de la collectivité avant un an sont vraiment limités. Pour la suite, rien ne t´empeche en effet de poursuivre tes recherches pour une place en crèche ! C´est vrai que personnellement, c´est une solution qui me convient. Je crois que comme toi – ou sans doute davantage, je ne pourrais pas m´empecher de jalouser une femme qui resterait chez moi. Mais la creche a aussi ses inconvénients. Je prépare un article à 4 mains en ce moment pour DMT sur le thème crèche vs. nounou avec une autre maman. Ca t´aidera peut etre à y voir plus clair !

    J'aime

    1. J’ai hâte de le lire 🙂 Oui, je pense aussi que la nounou reste la meilleure solution, en tout cas quand bébé est aussi petit ! Je pense que je me poserai moins de questions une fois que les choses seront bien mises en place en tout cas.

      J'aime

  3. Comme toi, j’ai bien galéré pour la garde du Choupi sur Paris. Clairement la crèche était la meilleure solution pour nous (financièrement, en terme d’horaires et en terme de localisation) sauf que au mois de mai après les commissions, on était sur liste d’attente. J’ai commencé à chercher une autre solution et j’avais également commencé à regarder pour une garde partagée. Ce n’était pas la solution idéale car comme toi, j’avais un peu peur de cette relation un peu trop proche (en plus j’ai gardé le choupi rien que pour moi presque 10 mois). Et puis finalement au mois de juin (après avoir harcelé la crèche), il y a eu un désistement et on a eu une place. Cela m’a tellement soulagée !!! Je ne regrette pas du tout la crèche (sauf les microbes mais ça je le savais) et clairement pendant l’adaptation j’ai bien vu que les filles tournaient avec les bébés même si chaque enfant à une référante.

    J'aime

    1. Oui, je pense qu’en insistant, il y a toujours moyen de trouver une place ! Pour les microbes, je confirme. Pour mes collègues ayant des enfants crèche, bébé est souvent malade la première année. J’espère que tu n’as pas trop eu de difficultés pour trouver le BCG (qui est obligatoire pour aller en collectivité). Trouver ce vaccin en IDF, c’est compliqué… J’ai réussi à vacciner Petit Prince en PMI. Au moins, il est à jour si on change de mode de garde un jour 🙂

      J'aime

      1. Le BCG impossible de le trouver et j’avoue que je n’ai pas eu le réflexe d’aller en PMI. Ce n’est pas un vaccin obligatoire mais recommandé pour la crèche. Je n’ai pas eu de soucis à l’inscription.

        J'aime

  4. Tu sais, ici, les filles ont été à la crèche, ma Poussinette y est encore jusqu’en septembre, et les avantages que tu décris, on les retrouve en effet (lieu neutre, plein de copains et d’activités, préparation à l’entrée à l’école, ….), par contre, il m’est arrivé de ressentir les mêmes sentiments que toi 🙂 Quand ma fille a fait ses premiers pas à la crèche plutôt qu’à la maison, quand elle pleure parce qu’elle ne veut pas rentrer le soir (quoi, c’est pas bien à la maison ? ^^), ou quand elle se jette dans les bras de sa référante pour lui faire un gros câlin. La crèche, c’est aussi un environnement très bruyant, et il m’arrive souvent de récupérer une petite pile électrique le soir. Pour autant, je ne regrette pas du tout, et je suis bien contente d’avoir eu une place pour chacune de mes filles.

    J'aime

    1. Je comprends tout à fait. Difficile de « louper » les premières fois. Ma nounou m’expliquait qu’une bonne nounou ne parlait pas de certains progrès aux parents afin qu’ils puissent les constater par eux-même et par surprise. Et ce n’est pas la première fois qu’on me le dit cela ! Je me dis que l’avantage de cette méthode, c’est qu’on « attend rien » de bébé, alors que si la nounou le dit, on va se demander ensuite pourquoi notre enfant ne le fait pas devant nous. Tu as eu de la chance d’en avoir une pour toutes tes filles, car ce n’est pas systématiquement le cas. Parfois il n’y a qu’un enfant qui a une place.

      J'aime

      1. Pour ma première, je soupçonne aussi qu’elle a marché en premier à la crèche, et elles ne m’avaient rien dit 🙂 Après, je crois qu’elles étaient aussi contentes que moi qu’elle marche, alors je ne leur en ai pas trop voulu. Oh oui, j’ai eu de la chance, mais ici, quand il y a des fratries, on est prioritaire !

        Aimé par 1 personne

  5. Je partageais complètement ton point de vue l’année dernière! Des amis nous avait recommandé cette nounou! Et c’est vrai que lorsque nous l’avons rencontré la première fois (j’étais enceinte à l’époque), je me suis sentie très bien chez elle, dans sa maison, et je l’a trouvais plutôt sympa! Mais lorsqu’il a fallut lui laisser mon bébé, mon point de vue à changer et toutes les questions que tu te poses me sont tombées dessus sans que je m’y attende… Ca a durée presque un an, toute sa première année de « petite section » chez la nounou… Et oui, par la force des choses, cette personne que nous ne connaissions pas faisait partie de notre vie (même si notre fils allait chez elle). Mais au bout de cette première année, mon fils marchait, commençait à faire des bisous, des calins etc… je me suis rendu compte qu’il l’adorait! Et aujourd’hui (il est au milieu de sa deuxième année avec elle), c’est un régal de le voir lui courir dans les bras, de l’entendre parler d’elle quand il est chez nous (il l’a réclame et réclame son copain qui est aussi garder chez elle!). Mon point de vue à complètement changer: elle a un rôle très important dans sa vie, elle l’éveil (et ne va pas que au parc!), elle propose chaque jour des activités différentes: musique/percussions, gym, dessins, confection de gateaux, crêpes et autres, jeux de voiture, dinettes…. il s’épanouit complètement. Et finalement, moi qui était une pro crèche avant d’avoir mon fils, je me dis que c’est un privilège d’avoir une personne qui va accompagner doucement mon enfant, à son rythme, jusqu’à la maternelle!!! Il faut juste lui laisser sa chance et apprendre à la connaitre, doucement. Tout comme elle va apprendre à vous connaitre pour accompagner au mieux votre Petit Prince…

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire qui fait beaucoup de bien. J’espère de tout coeur que Petit Prince va s’épanouir autant avec sa nounou 🙂 J’ai eu deux anciennes familles au téléphone de notre nounou, et les deux mamans m’ont dit à chaque fois que leur enfant, même tout petit, se souvenait de la nounou et continuait à parler d’elle. C’est assez révélateur et ça démontre que l’enfant est heureux, se sent bien avec la personne.

      J'aime

  6. Mon fils va chez la nourrice comme ses deux sœurs avant lui, c’est un mode de garde qui me convient parfaitement justement parce qu’il construit une relation forte avec elle. Je ne suis pas du tout jalouse parce qu’il fait très bien la part des choses. Elle fait plein d’activités et va régulièrement au RAM ce qui lui permet de goûter à la collectivité à plus grande échelle.
    Le plus dur c’est de trouver la bonne personne. J’ai eu la chance de trouver rapidement la perle rare et c’est maintenant la septième année où je lui confie ce que j’ai de plus cher. Les grandes qui sont maintenant à l’école réclame régulièrement d’aller chez elle et elle a toujours une attention pour elles à Noël et leurs anniversaires.

    J'aime

  7. Je crois qu’on est toute passée par ces mêmes questions dont seule la maman peut connaître la réponse pour son propre enfant. J’étais tellement angoissée à l’idée de laisser mon petit bout à un étranger, car j’étais persuadée tout comme toi que personne ne pourrait s’en occuper comme sa mÔman, que j’ai finalement décidé de demander un congé parental de 6 mois. Pareil que toi, pas de place en crèche (j’habite dans le sud), et j’avais un peu de mal avec la nounou. pas confiance, trop ceci, pas assez cela, elle prend la voiture, elle a déjà 2 enfants + les siens… Je trouvais toujours quelque chose qui n’allait pas. Du coup après 11 mois passés avec moi, nous avons trouvé une place en crèche privée. Ça coûte un bras et 2 jambes même, mais je n’ai nullement envie aujourd’hui de l’enlever de son environnement dans lequel je trouve qu’il s’épanouit pleinement. Aujourd’hui il a 16 mois et il a plein de copains, les dames de la crèche s’en occupent avec amour. Même si elles ne me remplaceront jamais, je sais qu’il les aime et cela me rassure. Pas une seule fois il y va en pleurant, il va même plutôt avec les bras ouverts et parfois quand j’arrive un peu plus tôt, je le vois dans les bras de l’assistante maternelle qui lui fait des câlins. Quand il n’arrive pas à dormir, elle reste avec lui jusqu’à ce qu’il trouve le sommeil. Cela est possible car elles sont 4 « nounous » pour 10 enfants max. Alors oui c’est une dépense considérable, mais je sais qu’il est tellement bien dans cette structure que je ne peux me résoudre à le mettre ailleurs même si cela me ferait des économies non négligeables. Courage !! Tu verras de suite si ton enfant s’y sent bien. Et dis toi que c’est tout à fait normal de ressentir tout ça. C’est humain…

    J'aime

    1. J’avoue que la crèche privée ou collaborative, est une excellente solution. 10 enfants pour beaucoup d’éducateurs ! Il y en a très peu dans ma ville malheureusement… Oui, on va voir. Il n’a pas l’air très perturbé en tout cas, mais ce qui me gène, c’est que notre nounou fait parfois des petites « erreurs », car elle n’a pas encore assimilé toutes les différences entre mon fils et l’autre bébé (qui sont très différents au passage). Rien de grave et rien de vitale, mais c’est un peu contrariant. Je précise que je suis une maman qui a du mal à faire confiance (et même aux mamies !). Merci pour ton commentaire en tout cas 🙂

      J'aime

  8. Oh ben moi aussi, ça me rend triste de lire tous ces doutes que tu ressens. Après, je pense que c’est ta manière à toi de gérer cette transition qui restera difficile, que ce soit pour confier ton bébé à une nounou ou aux puéricultrices d’une crèche. J’ai l’impression aussi que tu te focalises sur les avantages de la crèche, mais l’ont dit d’autres commentatrices, il y a aussi beaucoup d’inconvénients à faire garder son enfant en collectivité : les maladies, évidemment (elles nous ont clairement gâché la première année de Poupette, ça a été très difficile à gérer pour nous), mais aussi le bruit, la présence de beaucoup d’enfants a d’autres niveaux de développements, les horaires plus contraints, etc…
    Après, je ne peux que te rejoindre sur les avantages que tu cites, notamment en ce qui concerne la diversité des activités proposées, le changement de lieux, les jeux variés, l’environnement adapté, etc…
    Mais tous ces avantages sont clairement limités la première année : pour moi, qui suis très heureuse de la place en crèche de ma fille, ça ne reste intéressant qu’à partir d’un an révolu. En effet, peut-être que la solution idéale pour le Petit Prince serait une année choyé chez lui avec cette super nounou que vous lui avez dégoté, puis 2 années en crèche avant de commencer l’école maternelle ?
    Dernière chose : ton assurance sur ton rôle de maman et ta capacité à répondre le mieux au besoin de ton fils me fait sourire. Si seulement j’avais la moitié de cette confiance en mon rôle de mère, ce serait pas du luxe ! Moi, au contraire, j’étais ravie de confier mon enfant à des professionnelles qui, pour moi, sauraient toujours mieux s’en occuper que moi ! Avec le recul, je commence à revenir sur cette opinion, mais clairement, j’en ai été persuadée pendant longtemps ! 😉

    J'aime

    1. Alors même si c’est pas très cool pour la co-famille, j’envisage peut-être de rechercher une place pour septembre prochain. Il aura un an 🙂 Heureusement que tu reviens sur ton opinion, je suis certaine que tu es une super maman ! Je ne sais pas si c’est de l’assurance, mais j’ai toujours aimé les enfants : je me sens bien avec eux et je suis très dans l’écoute et dans la patience. Il est possible que j’aurai pu m’occuper d’enfants dans une autre vie… C’est très intuitif pour moi. Je n’ai jamais eu de moment de découragement depuis qu’il est là malgré la fatigue (alors que nous sommes seuls en région parisienne sans aide familiale).

      J'aime

  9. Hello,
    Pour notre part, devant les délais que mettais la crèche à nous répondre, nous avons opté pour un plan B et cherché une nounou. Nous en avons trouvé une dans le voisinnage, et après rencontre, la période de rush commençant (on était fin mai de mémoire) on s’est engagé avec lui confier notre Crevette. Elle a annulé les RdV suivant, et une semaine plus tard la crèche nous prévenait qu’on avait une place. Par principe on a tenu notre engagement et refusé la place en crèche (ça a du faire des heureux) même si on l’avait un peu mauvaise. Ma femme étant Freelance et en télé travail, elle ne pouvait pas travailler bien tant que la petite. On a craint l’adaptation à la fin de l’été, mais en fait cela s’est passé tellement bien qu’on en était un peu jaloux du plaisir de la petite à voir sa Tata. Mais maintenant, plus d’un an après on ne regrette pas ce choix, cela a permis une sociabilisation (plusieurs petits gardés) et une forte attention.
    Et surtout (mais la notre cas a été extrême) quand on a dû avoir un traitement d’un mois à l’hopital pour la petite enchainé avec 4 mois de plâtre, la nounou a été là. Alors qu’elle avait tout à fait le droit de dénoncer le contrat et prendre un autre enfant, elle a volontairement accepté d’attendre un mois sans garde, et ensuite de porter un enfant completement immobilisé, ce qui ne se serait pas passé en crèche, et on aurait dû la garder à la maison.
    Au final c’est un plaisir de voir cette relation avec une personne extérieure à la famille, mais qui a un très fort rôle. Et nous on peut dire que le dimanche après-midi, on a hâte qu’elle retrouve sa Tata.

    J'aime

    1. Je trouve cela super ! C’est vrai que là-dessus une bonne nounou s’adapte et est heureuse de le faire même si c’est pas facile. L’autre bébé gardé avec mon fils a un RGO sévère avec médicaments à donner. Et, ça ne la gène pas du tout. Quant à mon fils, il a commencé un traitement d’orthèse crânienne. Cela n’a aucun impact pour la garde, mais on voit que cela la touche clairement de voir mon fils avec son traitement. J’avoue qu’il y a une proximité humaine qui s’installe très rapidement. Nous sommes en adaptation depuis 10 jours et elle a déjà intégré notre famille.

      J'aime

  10. C’est tellement dure de laisser son bébé à quelqu’un d’autre… Au départ, on voulait aussi mettre nos fils en creche mais on a pas pu avoir de place. Et plutôt que de rester sur liste d’attente, on a décidé de rechercher une assistante maternelle. Ça a été très difficile pour moi, j’ai beaucoup culpabilisé de laisser mon bebe si petit. Et c’est dur de le voir s’attacher à une autre personne et passer autant de temps avec elle. Dans l’idéal j’aurais aimé prendre un congé parental. La creche était à mes yeux un bon compromis. Puis on a trouvé understand nounou qui me paraissait bien sur quasi tt les points, c’était la mieux de toit celles qu’on avait rencontrées. Mais plus l’échéance approchait plus j’ai commencé à angoisser, à pleurer, il y avait un truc je le sentait pas. On a décidé d’annuler le contrat. Et après d’autres recherche on a trouvé une super nounou qui a créer un espace digne d’une mini creche pour les petits qu’elle garde. Elle s’investit énormément et propose des activités variées aux enfants. Je suis complètement rassurée et mon fils a toujours un grand sourire lorsqu’on le dépose. Les premières semaines, elle m’envoyait tt les jours un message, des photos pour me donner des nouvelles de bebe. On a su créée de très bonnes relations mais c’est toujours difficile de savoir mon ptit bout loin de moi la journée. Il me manque énormément.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s